Prier pour Sœur Marie-Judith

Par Jean-Philippe Gayola3 septembre 2018

« Et pareillement, amen, je vous le dis, si deux d’entre vous sur la terre se mettent d’accord pour demander quoi que ce soit, ils l’obtiendront de mon Père qui est aux cieux. En effet, quand deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis là, au milieu d’eux. »

Matthieu, 18, 19-20

Chers frères et sœurs en Jésus Christ,
Vous qui m’avez tant portée dans vos prières et soutenue dans ces moments si éprouvants !
Je viens à vous au début de cette année nouvelle pour vous souhaiter une année remplie de bénédictions et de la douce présence du Seigneur dans chacune de vos vies !
Cette année nouvelle commence bien car elle nous apporte une bonne et grande nouvelle !
Réjouissez-vous avec moi car « le Seigneur a fait pour moi des merveilles ».
Les résultats des examens sont excellents, les médecins ont prononcé ma guérison après seulement une seule chimio même si elle a failli me coûter la vie.
Le Seigneur nous a fait toucher du doigt sa grande bonté qui a agi au plus secret de ma vie !
Et je crois fortement en la force de vos prières et dans le sacrement des malades que j’ai pu recevoir deux fois.
Chers amis, "Tout est grâce" car, même à travers les épreuves de la maladie, le Seigneur m’a appris à me réjouir et à Lui rendre grâce en tout temps et en peu de chose même pour les deux petites minutes sans douleurs.
C’est au réveil de la réanimation que je me suis vraiment rendu compte de la joie de pouvoir vivre sans donner trop d’importance aux petits détails négatifs de la vie.
Goûter pleinement le si grand cadeau qu’est la vie est une bénédiction, même si celle-ci n’est qu’une préparation à Celle qui est éternelle !
Encore merci à chacun de vous, car vous étiez et êtes toujours le rempart visible que le Seigneur m’a donné.
Soeur Marie Judith qui vous aime et qui continue à prier pour vous.
Soyez bénis.
Sœur Marie-Judith.

Chers tous,
Au moment des pré-rentrées, nous avons annoncé la grave maladie dont était atteinte Sœur
Marie-Judith, Supérieure de la Communauté des Sœurs trinitaires d’Avignon.
Notre espérance est de savoir que nous sommes tous et chacun dans la main de Dieu.
Notre chère sœur a besoin de nos prières et nous savons que celles-ci ont déjà été ferventes.
En ce sens, plusieurs initiatives ont vu le jour.
À partir de ce soir, lundi 3 septembre, des parents d’élèves et des amis
de l’Institution Champfleury prieront une neuvaine — neuf jours — à Saint
Pérégrin.
À la suite de la neuvaine, un chapelet perpétuel débutera (une
personne, au moins, par jour priera le chapelet pour la guérison de
Sœur Marie-Judith).
Enfin, un pèlerinage aura lieu, un samedi matin, à l’Abbaye Saint Michel de Frigolet (date communiquée ultérieurement).
Vous êtes invités à vous associer, d’une manière ou d’une autre à ces initiatives.
Je vous prie de croire, chers tous, en mon entier dévouement pour les jeunes confiés et pour notre institution.